2016

2017

SAISON 2017-2018


LA VIE EST UN SONGE
de Calderón
mise en scène Clément Poirée
15 septembre > 22 octobre 2017


Sigismond, prince héritier de Pologne, vit au secret dans une tour depuis que le roi Basile a lu dans les astres que son fils livrerait le royaume à la violence. Au terme de son règne, Basile veut donner une chance à son fils en le soumettant à une épreuve : on transporte Sigismond endormi à la cour. Saura-t-il se comporter en prince ? Les thèmes croisés de l’illusion et de l’erreur, du désabusement, de la fatalité et du libre arbitre donnent toute sa portée à ce chef-d’oeuvre du théâtre baroque espagnol, porté par un souffle épique.


LA MORT DE TINTAGILES
de Maurice Maeterlinck
mise en scène Géraldine Martineau
21 septembre > 22 octobre 2017


C’est un univers de conte, avec île, tour et château, sur lequel plane la figure du Destin : la vieille méchante reine a fait revenir son neveu Tintagiles que ses soeurs, Ygraine et Bellongère, accueillent avec joie. Mais tous partagent le pressentiment qu’une menace pèse sur la vie de Tintagiles et que l’amour est la seule force qu’on peut opposer à la fatalité. Ce théâtre poétique, à fleur d’âme, ouvre un champ de perception bouleversant, à la fois infime et infini.


F(L)AMMES
texte et mise en scène Ahmed Madani
16 novembre > 17 décembre 2017


Deuxième volet d’une trilogie intitulée « Face à leur destin », F(l)ammes
réalisé avec des jeunes femmes issues des quartiers populaires, fait suite à Illumination(s) qui en constituait le versant masculin. Qui sont-elles ? Nées de parents immigrés, elles sont expertes de leur réalité, de leur féminité. Explorer leur moi intime, comprendre leurs doutes, leurs peurs et leurs espoirs : telle est l’ambition de ce projet. « Une énergie solaire se dégage de F(l)ammes, de ces femmes dans la fleur de l’âge, rageuses, exaltées ou douces. À en rire parfois, en pleurer d’émotion aussi, devant cette danse de la vie et du doute. » Libération


IVRESSE(S)
de Falk Richter

mise en scène Jean-Claude Fall
17 novembre > 17 décembre 2017


Auteur et metteur en scène allemand né en 1969, Falk Richter interroge la façon dont nous faisons face aux pressions économiques qui influencent aussi bien notre manière de penser et de ressentir que notre relation à l’autre. Sommes-nous voués à la seule ivresse de la consommation, du travail, de la Bourse ? Drôle, caustique, cruel, rempli de colère et de rage, Ivresse(s) laisse entrevoir que dans la fugacité et la fragilité se dessine une nouvelle résistance : « Les gens et les esprits se remettent en mouvement… c’est ça, le sujet d’Ivresse(s). »


LE MENTEUR
de Corneille
mise en scène Julia Vidit
18 janvier > 18 février 2018


Épris d’aventures amoureuses, le jeune et séduisant Dorante, « vaillant par nature et menteur par coutume », imagine, « rêve en parlant » et s’invente des exploits. Dorante a du talent, Dorante est un artiste, un joueur. Mais le menteur s’expose au leurre et il est loin d’imaginer que la belle Clarice qu’il veut subjuguer – et qu’il croit s’appeler Lucrèce – lui tend un piège en faisant passer son amie pour elle-même ! Identités en fuite, versatilité des sentiments : dans la comédie baroque le monde n’est qu’un jeu, ou plutôt un théâtre.


UNE ADORATION
de Nancy Huston
mise en scène Laurent Hatat
19 janvier > 18 février 2018


A la mort de Cosmo, célèbre comédien-clown, s’ouvre une improbable audience où comparaissent ceux qui, vivants ou disparus, ont eu part à son destin. Dans l’entrelacs de leurs témoignages se dessine le portrait d’un homme qui « de mille fils de couleur tissait une vaste tapisserie bariolée » et qui, surtout, servait de réflecteur aux sourdes passions d’un village sans âme et dont émerge, lumineux, l’amour déraisonnable d’Elke, son adoration. Où est Cosmo ? Dans la multiplicité des voix qui se rapportent à lui. « Où est l’espèce humaine ? Dans les fictions qui la constituent. »


QUAI OUEST
de Bernard-Marie Koltès
mise en scène Philippe Baronnet
15 mars > 15 avril 2018


Homme d’affaires ruiné, Maurice Koch se rend en Jaguar, avec sa secrétaire, sur les quais d’une ville portuaire pour se donner la mort… Mais dans un hangar voisin, qu’il lui faut traverser, vit une famille d’immigrés. Heurt de deux mondes : « De l’autre côté là-bas, c’est le haut, ici, c’est le bas, le plus haut qu’on montera, de toute façon, on ne sera jamais que le haut du bas ». Droit de vivre, droit de mourir, dans le hangar tout se monnaie. Koltès crée le choc révélateur du « ballottement de l’homme par l’Histoire ».


BOURRASQUE
de Nathalie Bécue
mise en scène Félix Prader
16 mars > 15 avril 2018


Nuit de tempête dans une contrée reculée d’Irlande. Une femme et puis trois hommes : un vieux paysan défunt que veille sa jeune épouse Nora qui a sacrifié sa vie pour lui ; un personnage errant qui par hasard frappe à la porte ce soir-là – homme des grands espaces et de la palabre et porteur d’histoires – et puis Michaël Dara, le marin devenu berger qui convoite les biens et la femme. Mais si la mort n’était qu’une ruse ? Si soudain s’éveillait le défunt, chahutant les vivants, que ferait Nora ? Une plongée dans le fantastique qui ouvre pour elle les chemins de la liberté.


LA LOI DES PRODIGES
écriture et interprétation François de Brauer
25 avril > 13 mai 2018


Imaginons un petit étudiant en histoire qui, devenu député, se lance dans une étrange croisade : l’extinction pure et simple de l’art et des artistes… Mais au-delà du personnage et de la réforme qui porte son nom : la réforme Goutard, qu’en est-il de l’homme ? François de Brauer joue les épisodes-clés de la vie intime et politique de cet inénarrable personnage. Un tourbillon irrésistible, et mine de rien, un regard inquiet sur la place faite à l’art dans une société en mal de poésie.


LE MAITRE ET MARGUERITE
de Mikhaïl Boulgakov
mise en scène Igor Mendjisky
10 mai > 10 juin 2018


Le Diable est en visite dans le monde. Et autour de Woland – c’est son nom – s’entre-tissent trois récits : l’un relate la sinistre sarabande dans laquelle le Moscou des années trente se trouve entraîné ; l’autre, l’amour du Maître pour Marguerite et un troisième, l’histoire de Ponce Pilate, dont la rédaction a rendu fou ledit Maître… Dans ce monde à la fois tragique et burlesque, les chats parlent, les démons paradent et chaque figure peut comporter un redoutable envers. La liberté souveraine de l’imagination fait échec à la folie meurtrière de l’ordre imposé.


CHANGE ME
d'après Ovide, Isaac de Benserade et la vie de T. Brandon
mise en scène Camille Bernon et Simon Bourgade
23 mai > 10 juin 2018


Entre l'an I et l'an XI de notre ère, Ovide rédige ses Métamorphoses où au livre IX se trouve la légende d’Iphis et Iante : Iphis, pour échapper à la vindicte de son père, a été élevée et travestie en garçon. A l’âge des amours, elle s’éprend de Iante :  « À quoi puis-je m’attendre ? Moi que tient sous son empire un amour inconnu jusqu’ici, un amour monstrueux et sans exemple ? » La perspective du mariage imminent porte Iphis au désespoir, avant qu’une métamorphose divine ne vienne rétablir la norme et l'ordre social. En 1630, un jeune poète de la préciosité, Isaac de Benserade, livre une comédie qui tire son argument de cette même légende. Il s'approprie le mythe et le rend plus subversif : le mariage est consommé avant la métamorphose d’Iphis. 1993, aux Etats-Unis : Teena Brandon, jeune fille travestie en garçon, est violée puis assassinée par ses amis quand ils découvrent sa véritable identité. En rapprochant le mythe de cet événement, en proposant un kaléidoscope de situations, en confrontant les personnages de légende et des sujets contemporains dramatiquement pris dans des questions d’identité - qui induisent secret et mensonges, violences, mais aussi audace et transgression -, le spectacle, par sa vitalité même, veut témoigner du caractère intemporel du récit originel. Camille Bernon et Simon Bourgade forgent un mythe contemporain qui entend répondre aux enjeux antiques de cette figure, à la frontière du masculin et du féminin.

>> Télécharger l'Avant-programme de la saison




La Carte Tempête et le Passeport Tempête vous laissent libre du choix des spectacles et de la date de votre venue. Il vous suffit de réserver une semaine à l’avance. Les personnes qui vous accompagnent bénéficient du tarif réduit de 16 € au lieu de 20 €. 

Je m'abonne ! 

Carte Tempête 3 spectacles, nominative... 36 €
tarif spécial - de 26 ans (8 € la place).......... 24 €

Carte Tempête 5 spectacles, nominative....55 €
tarif spécial - de 26 ans (8 € la place).......... 40 €

Passeport Tempête 10 places .....................100 €
(soit 10 spectacles seul ou 5 spectacles à deux )

>> Télécharger le bulletin d'abonnement 

Renvoyez nous le bulletin d'abonnement complété acoompagné de votre règlement à l'adresse suivant : 

Théâtre de la Tempête
Léna Roche
Cartoucherie
route du champ de manoeuvre
75012 - Paris

SEPTEMBRE 2017 À JUIN 2018


Le contenu de cette page ncessite une version plus rcente dAdobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

crédits & mentions légales