2015

2016

MALADIE DE LA JEUNESSE de Ferdinand Bruckner
mise en scène Philippe Baronnet

traduction Henri Christophe, Alexandre Plank
(coédition Les Théâtrales / Maison A. Vitez)


Quelle jeunesse ? Celle de l’après Première Guerre mondiale, en Autriche, vers 1923 ; Quelle maladie ? Le désarroi d’une génération plongée dans le grand vide moral, social, intellectuel, politique, créé par la défaite, l’échec de la révolution spartakiste, les défaillances de la République de Weimar, le cynisme affairiste… En ami de Horváth, Bruckner, dans ses “pièces actuelles”, défend un théâtre quasi documentaire qui traite des problèmes du temps. Dans une pension de Vienne cohabitent des étudiants en médecine. Marie s’apprête à fêter son doctorat ; elle aime Petrell, qui aime Irène… Désirée a quitté Freder qui manipule Lucie en attendant que Marie lui cède… Ce chassé-croisé des désirs, pour superficiel qu’il paraisse, n’en traduit pas moins une désorientation profonde. A mi-temps entre le Traité de Versailles (1919) et – ce que l’on ne peut encore savoir – l’avènement d’Hitler au pouvoir, les personnages se lancent d’étranges défis et se livrent à une vertigineuse joute d’esprit. Compromission, embourgeoisement, abandon des idéaux, tentation du néant : la jeunesse chez Bruckner se débat dans un monde en ruines. Cette pièce de 1926, au dialogue tendu, à la forme sèche mais séduisante, étonnamment moderne, n’a rien perdu de son acuité voire de son actualité. 

En 2013, Philippe Baronnet a présenté au Théâtre de  la Tempête Bobby Fischer vit à Pasadena de Lars Norén.
>> les archives du théâtre

15 JANVIER // 14 FÉVRIER 2016

au Théâtre de la Tempête - salle Copi
du mardi au samedi à 20h30, le dimanche à 16h30
durée 1h50

Le contenu de cette page ncessite une version plus rcente dAdobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

crédits & mentions légales