BOURRASQUE

BOURRASQUE

variation sur L'Ombre de la vallée de J.M. Synge
de
Nathalie Bécue
mise en scène Félix Prader

Lorsque Synge se rend en 1898 dans les îles d’Aran, au large de l’Irlande, c’est pour vivre « entouré de gens simples et passionnés comme son cœur ». Il découvre le caractère primitif de leur vie sociale, leur faculté poétique qui se déploie en chansons et légendes, leur familiarité avec le surnaturel. Librement adapté de la pièce L’Ombre de la vallée, Bourrasque en reprend l’argument mais en modifie les enjeux et la portée. Par un soir de violente tempête, dans une contrée reculée, Alice Burke veille son mari défunt, l’âpre et ombrageux fermier Dan Burke. Silence dans la chaumière isolée quand à la porte frappe un inconnu, nomade des collines, cueilleur d’histoires qui ravive dans l’âme d'Alice la soif d’un ailleurs. Les intérêts primant, cédera-t-elle aux avances de Michaël Dara, le marin devenu berger qui vit à quelques lieues et convoite à la fois les biens et la femme ? Mais c’est méconnaître la malignité du vieux Burke. Et si la mort n’était qu’une ruse ? Si, soudain, s’éveillait le défunt, chahutant les vivants, que ferait Alice ? Nathalie Bécue, dans une langue rocailleuse, fait d’une pièce féroce et drôle une parabole sur le destin. Passé la bourrasque, Alice va dérouler « ses rêves sous ses pas ».

avec Nathalie Bécue, Théo Chedeville, Pierre-Alain Chapuis, Philippe Smith scénographie et costumes Cécilia Galli création sonore Estelle Lembert collaboration artistique Aurélia Guillet 

production En Votre Compagnie coproduction Théâtre Montansier- Versailles, ACB Scène Nationale Bar-Le-Duc, Centre culturel Jacques Duhamel, Ville de Vitré avec le soutien de l’ADAMI, la SPEDIDAM, le Jeune Théâtre National et l’ENSATT en coréalisation avec Le Théâtre de La Tempête

 

Biographies

La Presse en parle

Le bruit du off

« C’est l’un des plus beaux textes de la saison. Nathalie Bécue a adapté les pérégrinations de Synge avec amour, infléchissant ses rugosités irlandaises d’une ardeur fébrile. » Marguerite Dornier

Lire l'article

A bride abattue

« Bourrasque est un de ces spectacles dont on mesure la chance qu'ils existent. [...] Faisons nous aussi le pas pour ne pas louper ce petit bijou qui se joue au théâtre de la Tempête jusqu'au 15 avril 2018. » 

Lire l'article

Figaroscope

« Chapuis lève l'oeil et l'on est ravi. Il est grandiose. Irlandais dans l'âme. Enorme et irrésistible » Armelle Héliot

Lire l'article

L'Humanité

« Nathalie Bécue met en jeu une énergie farouche au service d’une partition à l’harmonie rugueuse, tissée de tous les désirs d’une liberté dure à prendre à laquelle il faut bien se résoudre. » Jean-Pierre Léonardini

Lire l'article

La revue du spectacle

« Le spectateur retrouve le secret d'une poésie objective à base d'humour franc que le théâtre actuel a trop souvent abandonné. » Jean Grapin

Lire l'article

Bulles de Culture

« Un quatuor qui fonctionne à merveille » 

Lire l'article

La critique à la dent féroce

« Bourrasque est un délice d'humour, peut être un tantinet pessimiste mais surtout pittoresque et poétique. » Eloïse Dandoy

Lire l'article

Critiqueautheatreclau.com

« C’est à la fois  violent et  tendre, émouvant et burlesque. Les comédiens nous émeuvent et nous transpercent le cœur. » 

Lire l'article

ON ze green

« L’interprétation est remarquable en particulier celle de Nathalie Bécue.Mais les trois autres protagonistes masculins sont également parfaits, donnant à leurs personnages respectifs toute l’épaisseur psychologique désirée. » Michel Jakubowicz

Lire l'article

Théâtre au Vent

« Mis en scène sans artifice, par Félix PRADER et pourtant jubilatoire. » Evelyne Trân

Lire l'article

Spectatif

« Un spectacle sublime et très prenant à l’écriture étonnante et captivante, aux jeux d’un brio stupéfiant. Un très grand moment de théâtre. A voir absolument. » Fréderic Perez

Lire l'article

Arts-chipels

« Au-delà du texte et de sa beauté, c’est à une merveilleuse leçon d’humanité que nous convie ce spectacle. » Sarah Franck

Lire l'article

Snes Fsu

« On se laisse emporter par le récit. » Micheline Rousselet

Lire l'article