À VUE

À VUE

texte Jean-Luc A. d'Asciano
mise en scène et chorégraphie Roser Montlló Guberna et Brigitte Seth

« Elles se complètent, comme on dit. S’accordent pour mieux se désaccorder, et faire jaillir de leur duo des harmonies dissonantes mais tellement stimulantes dans leur absolue fantaisie. » L’univers scénique de Brigitte Seth et Roser Montlló Guberna – metteures en scène, chorégraphes et interprètes – allie audace, humour et gai désespoir : les mots glissent de l’espagnol au français, créent le mouvement, la parole ne se construit pas sans gestes. Elles posent cette fois la question du genre, mais aussi plus largement celle de l’identité, ou plutôt des identités multiples qui composent chaque individu. Le moi ne serait-il qu’illusion de consistance et d’unité ? Je ne suis pas seulement femme ou homme, noir ou blanc, jeune ou vieux, coupable ou victime… Je ne suis pas non plus ce à quoi je ressemble. À vue est une tentative pour échapper aux appartenances prescrites et dire non à la tyrannie des apparences. Se transformer, changer d’identité, de corps. Du masculin au féminin et vice versa. Bouleverser les perceptions visuelles, les perceptions du sens. Chambouler les repères traditionnels, les relations entre les êtres et voir ce qui se passe... Qu’est-ce qui se dérègle ? Qu’est-ce qui se révèle ? Qu’est-ce qui s’invente ?

avec Sylvain Dufour, Roser Montlló Guberna, Brigitte Seth scénographie Emmanuelle Bischoff musique et vidéo Hugues Laniesse lumières Guillaume Tesson costumes Sylvette Dequest perruques Sylvain Dufour assistanat à la mise en scène Jessica Fouché administration Véronique Felenbok.

coproduction la Cie Toujours après minuit, le Centre Chorégraphique National de Tours / direction Thomas Lebrun, les Subsistances à Lyon, le Théâtre Gérard Philipe de Champigny avec le soutien de l'Usine Hollander/Cie la Rumeur de Choisy-le-Roi, l'ADAMI en coréalisation avec le Théâtre de la Tempête.

Biographies

La Presse en parle

Paris Art

« Une pièce à la présence charnelle, à la fois singulière et plurielle, hors catégorie. »

Lire l'article