Face à la mère

Face à la mère

texte Jean-René Lemoine

mise en scène Alexandra Tobelaim

création musicale Olivier Mellano

REPRÉSENTATIONS DE JANVIER ANNULÉES

Réservez

Face à la mère est un chant d’amour, un poème d’adieu d’un fils à sa mère. Le fils, c’est l’auteur Jean-René Lemoine. Sa mère a disparu tragiquement trois ans plus tôt en Haïti. C’est son enfance en Afrique, son adolescence en Belgique, toute son histoire qui est ici transposée, sa voix éclatée en un chœur d’hommes. Avec la complicité du musicien Olivier Mellano, Alexandra Tobelaim confie ce grand poème à trois comédiens et trois musiciens mêlés au plateau, comme six cœurs de fils battant chacun pour la Mère. Quel rituel inventer pour un deuil non accompli ? Trois mouvements, trois salves musicales, de la sidération à la réconciliation en passant par la colère, le rejet. Dans cette cérémonie d’adieu, la musique est là pour accéder à une émotion plus immédiate, pour toucher “l’assemblée silencieuse” des spectateurs, dans tout leur être. La conversation avec l’absente, bouleversante confession d’amour filial, est une tentative de réconciliation par-delà la mort, l’occasion d’une retraversée de l’enfance pour mieux se retrouver peut-être. La voix utilisée pour atteindre le point sensible et peut-être enfin parler d’amour.

avec Astérion (Contrebasse), Yoann Buffeteau (Batterie), Stéphane Brouleaux, Lionel Laquerrière (Guitare et voix), Geoffrey Mandon, Olivier Veillon scénographie Olivier Thomas lumières Alexandre Martre travail vocal Jeanne-Sarah Deledicq costumes Joëlle Grossi régie son Emile Wacquiez

production déléguée NEST – CDN transfrontalier de Thionville – Grand Est production compagnie Tandaim/Alexandra Tobelaim en coproduction avec le Théâtre du Jeu de Paume, Réseau Traverses Association – Provence Alpes Côte d’Azur, Pôle Arts de la scène – Friche la Belle de Mai, Théâtre du Grand Marché – CDN de l’Océan Indien, Théâtre Durance – scène conventionnée d’intérêt national art et création – pôle de développement culturel, Théâtre Joliette – scène conventionnée pour les expressions contemporaines, La Passerelle – scène nationale de Gap et des Alpes du Sud avec le soutien de l’Adami, de la Spedidam, du Fijad – DRAC et Région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur et du Centquatre – Paris en coréalisation avec le Théâtre de la Tempête.

Biographies

La Presse en parle

MÉDIAPART

Chaque acteur donne une couleur à la voix du narrateur, l’un est souvent dans l’émotion contenue, le second plus rêveur est comme en retrait, le troisième s’avère offensif et cinglant mais tout peut se renverser : ils forment une mosaïque.

Lire l'article

LA TERRASSE

Admirative de l’écriture de Jean-René Lemoine, Alexandra Tobelaim choisit le chœur pour faire entendre la richesse et la beauté de cette parole, de cette "cargaison de mots" qui expriment ce qui est resté tu.

Lire l'article

LA REVUE DU SPECTACLE

Pour donner vie à cette histoire tout en en élargissant la portée universelle, Alexandra Tobelaim a choisi de lui donner trois corps, trois voix. Avec ces trois comédiens, trois musiciens occupent un plateau à la scénographie spartiate, faite de matières – sable, bois, tissus – et de clarté.

Lire l'article

HOTTELLO

La prose poétique de Jean-René Lemoine va droit au cœur comme à l’esprit, dans l’efficacité et l’évidence des mots clairs de ses phrases assemblées, arrêtées net ou bien lancées et aiguisées.

Lire l'article

THÉÂTRE DU BLOG

Des rideaux, tombés droit des cintres, figurent les colonnes cannelées d’une Grèce imaginaire. Alexandra Tobelaim a vu juste en donnant pour cadre à ce Face à la mère, la tragédie antique. 

Lire l'article

ARTS CHIPELS

Mer et mère se confondent dans ce retour aux sources. Un surgissement de la mémoire, une remontée vers les origines.

Lire l'article

LA TERRASSE

ENTRETIEN. "J’ai conçu ma mise en scène comme un espace de réconfort. Pour moi, Face à la mère est un chemin vers la lumière, un chemin de réconciliation. À travers ce spectacle-concert, j’ai cherché à ouvrir une voie vers l’apaisement."

Lire l'article

LA CROIX

Sobre, la mise en scène creuse ce sillon d'une intimité mise au jour, d'une pudeur écorchée vive, et libère tout un monde de sentiments contradictoires inextricablement mêlés, sans pathos aucun.

Lire l'article

I/O GAZETTE

Alexandra Tobelaim choisit de faire vivre ce texte en montrant d'abord la douceur de l'amour filial. Elle en extrait, au-delà de la brutalité et de l'amertume du récit [...], la finesse de cette étonnante mélancolie douce et douloureuse.

Lire l'article

Création de la Tempête