AU PLUS NOIR DE LA NUIT

AU PLUS NOIR DE LA NUIT

d’après le roman Looking on Darkness d’André Brink
adaptation et mise en scène Nelson-Rafaell Madel

André Brink prend conscience, dans les années soixante, de l’ignominie du régime de l’apartheid : « Je découvrais avec horreur ce que les « miens » faisaient depuis toujours, sur quelles atrocités et perversions notre fière civilisation blanche avait construit son édifice de moralité et de lumière chrétienne. » Au plus noir de la nuit relate l’histoire tragique d’un jeune Noir et d’une femme blanche. Publiée en 1974, l’oeuvre est censurée et son auteur menacé. Lui s’appelle Joseph Malan : il est noir, né en plein apartheid ; son ascendance a connu un destin à la fois pathétique et fascinant, et s’il grandit à la ferme, c’est au théâtre plus tard qu’il découvre la liberté… jusqu’à devenir comédien et remporter à Londres un certain succès. De retour au pays natal, il rencontre Jessica, une Blanche avec qui, malgré les interdits, il vit une passion amoureuse. Jusqu’au soir où… Aujourd’hui, depuis la cellule où il attend un procès qui le mènera à la mort, Joseph fait revivre son passé, convoque les figures marquantes de son destin et s’interroge : quelle fatalité, mais aussi quelle soif de liberté, quelle révolte mais aussi quelles passions et illusions l’ont fait plonger au plus noir de la nuit ?

avec Adrien Bernard-Brunel, Mexianu Medenou, Gilles Nicolas, Ulrich N’toyo, Karine Pédurand, Claire Pouderoux dramaturgie Marie Ballet chorégraphie Jean-Hugues Mirédin scénographie et lumières Lucie Joliot musique Yiannis Plastiras costumes Alvie Bitémo, Emmanuelle Ramu assistanat à la mise en scène Astrid Mercier son Pierre Tanguy. 

administration @Agnès Carré diffusion @Olivier Talpaert presse @Francesca Magni.

production compagnie Théâtre des Deux Saisons en coproduction avec Tropiques Atrium – scène nationale de Martinique, le Centre culturel de La Norville (91) avec le soutien de la DRAC Martinique, du fonds d’aide aux échanges artistiques et culturels en outre-mer des ministères de la Culture et des Outre-mer, de l’Adami, des Plateaux Sauvages – Paris, de la Spedidam, d’Arcadi Île-de-France et du Théâtre de Cachan en coréalisation avec le Théâtre de la Tempête.

 

Biographies

La Presse en parle

Télérama Sortir

« Madel fabrique un théâtre artisanal qui sait raconter. Et nous toucher en profondeur. » Emmanuelle Bouchez

Lire l'article

l'Humanité

« Sur le plateau, dans une belle énergie, enjambant les époques, sans jamais couper le filde l’aventure, se découpent à vif des tranches de passions et de désespoirs. » Gérald Rossi

Lire l'article

IO Gazette

« Cette pièce, d’une force rare et d’une affirmation souveraine, est magnifiquement mise en scène et interprétée. » Sébastien Descours

Lire l'article

La Terrasse

« Profond, précis, sensible, le jeune Mexianu Medenou, qui incarne Joseph Malan, est une révélation. » Manuel Piolat Soleymat

Lire l'article

A nous Paris

« Une mise en scène fébrile, voire organique, reposant sur de la danse, du mime et des silences souvent fracassants. » M.H.

Lire l'article

Théâtral Magazine

Entretien de Nelson-Rafaell Madel par François Varlin.

Lire l'article

Théâtrorama

« Autour de ce jeune metteur en scène talentueux et rigoureux dans ses choix dramaturgiques et sa direction d’acteurs, il faut souligner l’engagement physique et le jeu nuancé et attentif de chaque comédien. » Dany Toubiana

Lire l'article

La Lettre des Amateurs d'Arts et de Spectacles

« On sort enchanté et sainement bouleversé de ce flux de présence physique et de paroles qui font mouche et portent loin. Bravo. » Annick Drogou

Lire l'article

RegArts

« En bref, André Brink est bien servi et ce spectacle nous poursuit longtemps encore, une fois les lumières éteintes. » Gérard Noël

Lire l'article

L'oeil d'Olivier

« Au plus noir de la nuit vaut le détour tant par la force du texte que par la beauté crue de ce spectacle sincère, tout simplement humain ! » Olivier Fregaville-Gratian d’Amore

Lire l'article

Théâtre du blog

« L’habile adaptation de Nelson-Rafaell Madel et une distribution métissée nous font revivre, étape par étape, l’épopée d’un jeune homme bouillant de vitalité.... » Mireille Davidovici

Lire l'article

Overblog

« Ce spectacle attachant qui gratte le fond du désespoir offre, en même temps que la dénonciation de l’iniquité de l’apartheid, un appel à une résistance de l’intérieur et une ode au pouvoir libérateur de l’art et de l’amour. »

Lire l'article

Hotello

« Verbe clair, musique et chorégraphie, le rythme de croisière du spectacle enchante. » Véronique Hotte

Lire l'article