Philip K. ou la fille aux cheveux noirs

Philip K. ou la fille aux cheveux noirs

d’après Philip K. Dick
Pièce écrite au plateau à partir de textes de Julien Villa
texte et mise en scène Julien Villa

SPECTACLE REPORTE

Nous nous sommes fait voler le plateau par une mauvaise adaptation d’une histoire de Philip K. Dick. Nous ne chanterons pas ici l’éternel refrain de la science-fiction et de ses prophéties. Nous tenons seulement à vous assurer de notre amitié, de notre désir furieux et de notre colère intacte. Nous voulons vous embrasser et vous promettons de revenir au plus vite chevaucher nos montures, plus Don Quichotte que jamais, pour envahir la cartoucherie, de la salive plein la bouche et les corps couverts de sueur. Nous vous espérons à nos côtés, à distance, ou encore cachés derrière les arbres – comme vous voudrez, comme la folie ambiante nous aura dit qu’il faudra. Peu importe, nous reviendrons toujours à la charge avec nos rendez-vous inutiles. Et comme dirait le sous-commandant Marcos : "Il est plus facile de retourner le monde que de marcher la tête en bas." Viva el theatro y la cartoucherie !
Julien Villa et toute l’équipe de Philip K. ou la fille aux cheveux noirs

Réservez

Nous sommes à Berkeley, le 7 novembre 1972. Richard Nixon brigue un second mandat. Philip K. tente en vain de réécrire son roman mystérieusement dérobé dans son appartement un an plus tôt Les Androïdes rêvent-ils de moutons électriques ? Tel un chevalier errant ou désespérant, il va d’aventure en aventure, à la poursuite de ses obsessions, sans jamais quitter son appartement. Écrit au plateau à partir d’un recueil de poèmes et de contes, Philip K. ou La Fille aux cheveux noirs est un spectacle hanté par les visions paranoïaques de l’écrivain de science-fiction Philip K. Dick : « Un tas de gens prétendent se rappeler des vies antérieures ; je prétends, moi, me rappeler une autre vie présente ». Vivons-nous vraiment ce que nous croyons vivre ? Quel réel cache le réel ? Comment différencier un homme d’un androïde ? Chez le personnage qui porte en lui Philip K. Dick, Philip K.afka, Philip K.ichotte, l’art du doute est à son paroxysme. Les hypothèses se multiplient. Aucune théorie ne semble assez satisfaisante. Seul fil d’Ariane, cette fille aux cheveux noirs, vraie fausse sœur jumelle de Philip K. morte à la naissance, son double, son reflet disparu. « Toute sa vie c’est elle qu’il avait cherchée. C’est elle qu’il avait perdue ».

avec Vincent Arot, Laurent Barbot, Benoît Carré, Antoine Cegarra, Nicolas Giret-Famin, Lou Wenzel, Noémie Zurletti assistant à la mise en scène Samuel Vittoz collaboration artistique Vincent Arot scénographie, vidéo Sarah Jacquemot-Fiumani lumières Gaëtan Veber composition musicale Clémence Jeanguillaume

production La Propagande Asiatique et la Compagnie Vous êtes Ici ; en coproduction avec le Théâtre de Lorient – CDN, L’Empreinte Scène nationale Brive-Tulle ; avec le soutien des Plateaux Sauvages – Établissement culturel de la Ville de Paris, du Fonds SACD musique de scène et de l’OARA ; avec l’aide du Programme de recherche et de création Hors les Murs 2017 de l’Institut Français. Remerciements au Centquatre – Établissement culturel de la Ville de Paris, au Studio BeauLabo – Montreuil et au Carreau du Temple.

Photo Philip K. ou la fille aux cheveux noirs

Biographies

Création de la Tempête